| Royaume de Madagascar, peuplement, dynastie Imerina, us et coutumes | Généalogie | Tous les articles : Culture et Anecdotes |

  • téléchargement
  • rando trek mada

    Rando Trek Mada
    Collines des Rois
    aigle royal
    Alasora
    Amboatany
    Ambohibato
    Ambohibeloma
    Ambohidrabiby
    Ambohidratrimo
    Ambohijanaka
    Ambohijoky
    Ambohimalaza
    Ambohimanambola
    Ambohimanga
    Ambohiniazy
    Ambohipoloalina
    Ambohitrondrana
    Ambohitrontsy
    Ambohitrosy

    Anosimanjaka
    Antsahadinta
    Babay
    Iharanandriana
    Ilafy
    Imerikasinina
    Imerimanjaka
    Kaloy
    Merimandroso
    Namehana
    Soanangano
    Tsinjoarivo
    Collines Sacrées
    Tombeaux Doany
    Quartiers d'Antananarivo
    Imerinkasina
    Andriamambavola personnage fort célèbre
    Doany Ambohidroa
    Doany Ambatondradama
    Doany Ambohitriniarivo: haut lieu de pélerinage
    Doany Andranoro:elle se noya par amour
    Mananjara Mahitsy
    Rova d'Andriambola
    Ambatomanga
    Ambatoharanana
    Ambatomanoina
    Ambohitrimanjaka
    Ambonivohitra
    Anosivato

    Ambohitahara
    il ne faut jurer de rien

    Andriantany
    le village des Rois

    Ankadimanga
    Ankazomalaza
    Ankosy village fortifié
    Anosisoa tombeau d'Andriambodilova
    Les natifs de Fiakarana sont de teint clair
    Tsiafatampo
    un tombeau stylisé
    Lieux célèbres

    Théme habitat mada

    L’importance des chiffres dans la construction de l’habitat
    Très attaché au culte des ancêtres, le Malgache respecte dans tous les domaines les interdits (fady) et les coutumes que lui lègue la tradition. La construction de l’habitat n’échappe pas à cette règle et obéit à un certain nombre de lois.
    Sur les Hautes-Terres, en particulier en Imerina, avant le XIXe siècle, la case traditionnelle est implantée de façon rigoureuse selon un axe Nord-Sud tournant le dos aux alizés qui apportent les pluies du Sud-est. Elle est pourvue d’ouvertures, une porte et une fenêtre sur sa façade ouest.
    La négligence de ce principe qui repose en partie sur une logique climatique, exposerait le propriétaire aux ennuis les plus graves. « Celui qui placerait la porte de la case au sud, deviendrait sorcier, à l’est verrait sa femme mourir, et au nord attirerait la foudre. » Jean-Pierre Testa de l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris (1971) poursuit dans une étude sur l’habitat en Imerina, que cette implantation, invariable en Imerina, peut être différente dans d’autres régions. En effet, les implantations progressives au bord de la route modifient l’orientation et, en général, les jeunes citadins transgressent ces règles.
    La case traditionnelle est divisée en douze parties correspondant aux douze mois lunaires, avec quatre phases-mères et huit phases-enfants à chaque mois. Celui-ci tient une place particulière et a une vocation particulière. Les quatre phases-mères se trouvent aux angles et les huit autres sont disposées par deux le long des murs.
    Le « Mpanandro » (astrologue), en tant que détenteur des secrets des coutumes, est consulté avant la construction par le Malgache attaché aux traditions. Respecté et écouté, il indiquera l’emplacement, l’orientation et les dates à respecter pour la construction. « Moins puissant à la ville, il a, à la campagne, une très grosse importance car il st consulté sur tous les sujets, cérémonies, constructions. » La construction de la maison est astreinte à de nombreux « fady », d’abord au niveau des jours. Le premier jour des 3e, 4e et 5e mois lunaires, en principe, sont particulièrement recommandés pour commencer les fondations d’une maison comme pour en prendre possession.
    En revanche, il est « fady » de commencer une construction le mois d’Alahamady « sous peine de ne pas atteindre la vieillesse ». Les mois d’Adaoro aussi, car on aurait peu de prospérité, et d’Adizaoza où l’on s’expose à mourir jeune. Faire une fondation en Alahotsy enlèverait toute chance de devenir riche. Pénétrer dans la nouvelle maison un dimanche, est une menace de pauvreté. Bâtir une maison en Alakarabo donnerait des enfants jumeaux. Enfin, on ne débutera la construction ni occupera une maison le jeudi.
    Si elles sont aujourd’hui tombées en désuétude, les règles sur les matériaux de construction sont autrefois très strictes. Ainsi, les bois interdits sont le « vitanina » et l’ « amontana » qui attirerait la foudre, l’ « aviavy » qui entraînerait une mort précoce, le « tambitsy » qui anéantit la descendance. En fait, ces arbres, notamment, l’« amontana » et l’« aviavy », sont nobles. D’autres sont à usage bien défini. Les « merana » servent à former les poteaux et les piliers d’angles, les « varongy » pour les poutres d’une seule pièce. Dans certaines régions, l’usage de la terre est « fady » ; la coupe des roseaux et d’herbes (bozaka) pour la confection des toitures se fait à une époque bien précise ; la pose de la première touffe d’herbe sur le pignon nord-est est faite par la mère de famille.
    Les nombres comptent aussi beaucoup pour les Malgaches, en particulier dans la construction. Un chiffre impair signifie qu’un développement est possible, car les mesures impaires ne sont pas définitives et la maison s’améliorera. « Les dimensions d’une maison sont des nombres impairs, ainsi que les nombres de poteaux de madriers constituant les parois ou les assises successives des murs de terre. »
    Au début du XIXe siècle, le bois, rare et précieux sur les Hautes-Terres, est un matériau réservé aux classes riches et nobles de la société merina. Cette pratique qui met en relief le rang social, est consacrée par le roi Andrianampoini­merina qui réglemente la construction dans la ville haute (division en quartiers, interdiction d’employer la terre ou la pierre pour les cases nobles). Les cases sont bâties de manière approximative sur le même plan et, selon la méthode traditionnelle, seules les dimensions et la qualité de la construction varient.
    La case est alors constituée de trois poteaux principaux soutenant le faîtage d’une charpente, faite de chevrons qui prennent aussi appui sur les poutres de rive. Les murs sont constitués de madriers verticaux assemblés par rainures et languettes, quatre piliers d’angle assurent le contreventement général. La toiture de chaume (bozaka) à pente assez importante, est surmontée de deux tiges en V au sommet de chaque pignon. Ces tiges- dont la hauteur indique le rang social du propriétaire- semblent être le prolongement de la coutume de suspendre à ce même endroit un crâne de zébu.
    L’orientation et l’agencement intérieur correspondent à la tradition astrologique qui se perpétue et que l’on retrouve encore dans les usages des Hautes-Terres. Si la coutume et les interdits imposent l’orientation des ouvertures à l’ouest, elle coïncide avec la meilleure orientation géographique, la façade ouest étant la mieux protégée des vents, pluies et tornades venant de l’Est.
    « Les exemples de case traditionnelle de bois sont très rares, seuls nous restent les édifices royaux qui ont fait l’objet de différentes restaurations et ont conservé leur caractère original. »

    Pela Ravalitera

    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
       
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    habitation de Madagascar habitation de Madagascar
    Photos
    Tuning malgache,malagache
  • animal
  • arbre
  • bateau
  • borne kilométrique
  • coquillage
  • coucher de soleil
  • fleuve
  • portraits
  • maison
  • métier
  • paysage
  • personnage
  • phénomène météo
  • plage
  • route
  • tombeau
  • transport
  • thème
    Photos
    Galerie photos, portrait d'une paysanne de Ampefy (copyright manoirrouge.com
    Anakao Antalaha Cap-Est Antsirabé Fort-Dauphin Ihosy Isalo Manakara Mananara Morondava Nosy-Be Ste-Marie Tuléar
    régions
    MOTO VTT
    location moto,vélo,vtt,raid,enduro,cross,tout terrain,4X4

    vous cherchez un track

    Chutes de Farahantsana
    Randonnée au fil de l'eau
    Randonnée au pays Antehiroka
    Ampéfy le tour du lac
    Ampéfy : la lily, Ilot vierge, le geyser
    Imerintsihadino tombeau de Samuel Rakotondrabe
    Plaine de la Sisaony au nord de Fénoarivo
    Village princier Ambohinaorina
    Village princier Mandrosohasina
    Systèmes défensifs au pays merne
    Rova d' Ambohitrimo
    lac Mamiomby
    Mahitsy en contournant le massif d' Ambohitrandriana le long de la RN 4
    Merimerina aux fossés défensifs inhabituels
    le Firariana
    Les marais d'Ivato et de Laniera
    Andrefanambohitra au lac Antsongosongo magnifique piste à flanc de collines
    Ampangabe le grand huit
    la plage d'Amparafara
    Talata Volonondry Ambohidrabiby
    Col Itremo Morondava Maintirano Tsiroanomandidy
    Terres d' Andrianamboninolona
    Tana l'envers du décor
    Ambohitraina Ifandro
    Digues Sisaony, Ikopa
    Ivato: Ambatoharanana
    Ivato: Fiakarana
    Ivato: lac Antsongosongo
    Ivato Massif du Mangabe
    Ivato Ambohimanga
    Ivato Croc Farm
    Andringitra nord Mahitsy
    Andringitra Ambohimanga
    Tour du massif Andringitra
    Ivato Amboniloha
    Ivato Ambohitrontsy
    Lac Ampéfy,Faratsiho
    Ankaratra 2643 m
    Tsiroanomandidy
    Ankadinandriana
    Rive gauche de l'Ikopa
    Rive droite de l'Ikopa
    Ambatomanjakabe
    Antongona
    circuits
    Partenaires
    Location moto
    Hôtels
    Immobilier Location
    Environ d'Antananarivo centre du village Ivato, dans une propriété privée sécurisée, parking, gardien, trés joli jardin, location meublée appartements, studios
    à la semaine, au mois
    Toutes charges comprises
    Association
    Madasso oeuvre à la construction d'une école et d' un dispensaire dans une région isolée du Sud d' Antalaha dans le village d'Ambodirafia
    Peinture Exposition
    Jean Ony artiste de talent qui a toujours refusé de se laisser enfermer dans un style ou de se laisser coller une étiquette
    Sylvain Razafindrainibe l' excellence dans tout son art
    Romain Rakotoarimanana inspiré par les bandes dessinés dés son plus jeune âge

    GALERIE. EXPO.VENTE


    Evénements
    L'Investiture du maire d'Ivato Mr Rakotoarimanana Josefa
    Mariage à Mada Jean Louis et Nicole
    république de madagascar, histoire de madagascar, peuplement de madagascar, association madagascar, madagascar photos, RandoTrek vtt madagascar, Télécharger track pour GPS, Télécharger circuits Madagascar, Télécharger circuits Île de la Réunion, Télécharger circuits France, voyage île madagascar, carte madagascar, couleur enfants madagascar,

    madatana 2018 Haut de page