Massif Ampananina

| vous cherchez un track à Madagascar | vous cherchez un track à la Réunion | vous cherchez un track en France |


  • téléchargement
  • rando trek mada

    Rando Trek Mada
    Collines des Rois
    aigle royal
    Alasora
    Amboatany
    Ambohibato
    Ambohibeloma
    Ambohidrabiby
    Ambohidratrimo
    Ambohijanaka
    Ambohijoky
    Ambohimalaza
    Ambohimanambola
    Ambohimanga
    Ambohiniazy
    Ambohipoloalina
    Ambohitrondrana
    Ambohitrontsy
    Ambohitrosy

    Anosimanjaka
    Antsahadinta
    Babay
    Iharanandriana
    Ilafy
    Imerikasinina
    Imerimanjaka
    Kaloy
    Merimandroso
    Namehana
    Soanangano
    Tsinjoarivo
    Collines Sacrées
    Tombeaux Doany
    Quartiers d'Antananarivo
    Imerinkasina
    Andriamambavola personnage fort célèbre
    Doany Ambohidroa
    Doany Ambatondradama
    Doany Ambohitriniarivo: haut lieu de pélerinage
    Doany Andranoro:elle se noya par amour
    Mananjara Mahitsy
    Rova d'Andriambola
    Ambatomanga
    Ambatoharanana
    Ambatomanoina
    Ambohitrimanjaka
    Ambonivohitra
    Anosivato

    Ambohitahara
    il ne faut jurer de rien

    Andriantany
    le village des Rois

    Ankadimanga
    Ankazomalaza
    Ankosy village fortifié
    Anosisoa tombeau d'Andriambodilova
    Les natifs de Fiakarana sont de teint clair
    Tsiafatampo
    un tombeau stylisé
    Lieux célèbres

    Mahitsy : circuits des crêtes

    Circuits VTT Traces GPS

    Circuit de 53 km au Nord Est de Mahitsy le massif ANKAZOTOHOLONA suivi d'une superbe crête de 8 km aux 5 sommets
    d'Ouest en Est
    ANKAZOTOHOLONA 1434 m
    AMBEROMANGA 1479 m
    AMBOHIJANAKA 1416 m
    AMBOHIMANISITRA 1385 m
    AMBATOMALAZA 1410 m

     
    télécharger le fichier track pour votre GPS
    profile du track Ankazotoholona
    profile track
    le massif de Sambaina
    casseurs de cailloux en arrière plan le massif Sambaina
    casseur de cailloux
    casseur de cailloux
    le Massif Ampananina et la plaine de la rivière Rihinirano
    le Massif Ampananina et la plaine des rivières Rihinirano et Andranotsoriaka
    Franck et Doli : Prise de vue caméra sur le casque
    Franck et Doli : Prise de vue caméra sur le casque
    Sur le vélo plus de 1200 oeufs à transporter sur le marché de Mahitsy
    Sur le vélo plus de 1200 oeufs à transporter sur le marché de Mahitsy
    Des marchés créés pour maintenir la paix

    Certaines localités à la périphérie d’Antananarivo portent le nom de Fihaonana. C’est ainsi que sont dénommés les marchés avant Andrianampoinimerina, c’est-à-dire du temps où les guerres entre roitelets et chefs de clans ne cessent d’enflammer l’ancienne Imerina.
    Ce sont des lieux de rencontre entre eux, car ils s’accordent à fixer un jour hebdomadaire, non seulement pour s’approvisionner en produits de première nécessité, mais aussi pour échanger les prisonniers.
    Le samedi, tous se retrouvent à Ambohimirimo. Le dimanche est réservé à la rencontre hebdomadaire d’Ambohidratrimo entre les clans de l’Ouest et de l’Est, du Sud et du Nord. Alatsinainy-Ambazaha réunit le lundi les Zanamihoatra, le clan d’Anosizato et ceux d’Antananarivo. Le mardi c’est à Andramasy que tous se retrouvent et à Talata-Volonondry entre Mandiavato et Tsimahafotsy, le mercredi à Amboanjobe entre les Famailahy et les Manisotra, le jeudi à Antana­malaza entre Vakiniadiana et Alasora, et le vendredi à Analaroa entre tout le Nord et tout le Sud. Ces lieux de rencontre sont destinés aux seuls Malgaches.
    Pour commercer avec les étrangers, les Vazaha, pour vendre des esclaves et acheter des armes à feu, de la poudre et des balles, ainsi que tout autre produit importé, il existe aussi ce genre de marché aux confins de l’Imerina. Tels à Ampamoizankova au nord-est, à Angavokely à l’est, à Alarobia-Ambohitrambo à l’ouest… Car à l’époque, et surtout sous Andrianampoinimerina, il est interdit aux Vazaha de pénétrer en Imerina et bien rares sont ceux qui y arrivent comme le visiteur français Mayeur. La tradition affirme, en effet, que les Blancs sont des cannibales (Vazaha homana olona) et la damnation la plus dure à supporter est d’être « exportée » à partir d’Ampamoizankova (mivarina eo Ampamoizankova) vers d’autres régions car c’est être vendu à un Vazaha. Sous Andrianampoinimerina, le plus dur est d’être expédié à Toamasina car de là, il est certain qu’on sera « exporté ».
    Ces journées de Fihaonana constituent une courte période de trêve, car les autres jours de la semaine, les guéguerres reprennent de plus belle. Seul le passage d’un essaim de criquets provoque aussi un « cessez-le feu » car tous les guerriers s’unissent pour combattre l’ennemi commun. À l’époque aussi, il n’est pas très recommandé de circuler la nuit, car les routes ne sont pas sûres et l’on craint de rencontrer plus fort que soi, capable de vous kidnapper pour vous vendre aux Vazaha. Car, jadis, on ne verse pas le sang, même si la sécurité n’existe pas la nuit, le pire des malheurs étant d’être volé pour être vendu. C’est ainsi que lorsque l’un des leurs est « perdu », tous les membres de la famille font le tour des Fihaonana jusqu’à ce qu’ils le trouvent, pour l’échanger contre un autre, « volé aussi ». Sinon, ce dernier sera utilisé comme « ankizy ou domestique. À l’époque aussi, selon les Tantara de Callet, il existe déjà des receleurs » spécialisés dans la traite d’esclaves.
    Andrianampoinimerina, après avoir pacifié et réuni l’Imerina, ne voit que des défauts dans cette structure commerciale. Aussi décide-t-il de créer des marchés destinés à échanger des produits de première nécessité, des produits artisanaux, des biens nécessaires à la vie quotidienne. En fait, c’est tout un système qu’il crée, pour la première fois en Imerina sinon à Madagascar.
    Toutefois, les sujets du roi, constitués en territoires, estiment qu’il n’est pas nécessaire de créer d’autres marchés. Son conseiller Hagamainty renchérit qu’il suffit d’établir des règles et de renforcer la loi. La nouvelle structure conçue par Andrianampoinimerina- c’est-à-dire le Fihaonana amélioré et régi par des règles strictes- est testée dans l’Avaradrano.
    Pour marquer son démarrage, le grand monarque prononce un important discours. « Ces marchés, dit-il en substance, seront les palais commerciaux de mon royaume », où ceux qui ont des produits agricoles et d’élevage les vendront à ceux qui n’en ont pas, c’est-à-dire les riches qui investiront dans les marchés pour les faire fonctionner, où les veuves et les orphelins trouveront des activités qui les feront vivre.
    Ces marchés de l’Avaradrano s’ouvrent à Ifanasana chez les Andrianteloray le dimanche, à Merimandroso chez les Tsimaha­fotsy le lundi, à Talata-Volonondry chez lez Mandiavato le mardi, à Namehana chez les Tsimiamboholahy le mercredi, à Ambohimanga chez les Tsimahafotsy le jeudi à Antananarivo pour les Voromahery, le vendredi le marché hebdomadaire qui réunit les clans d’Avaradrano se tient à Fiadanana à Antananarivo, et le samedi à Ambato.
    Au bout d’un an, le test est positif. Les marchés se développent, les cultivateurs, les éleveurs et les artisans écoulent leurs produits en ces lieux, les nobles et les bourgeois les achètent. Le système fonctionne et c’est vraiment une réussite. Le roi se félicite car ses sujets n’ont plus besoin de voler pour vivre.
    Ils doivent travailler et pour ce faire, il leur donne des parcelles de terrain où cultiver, des pelles pour bâcher, des cannes pour pêcher. Il les encourage à développer leur
    élevage bovin, ovin, avicole… Désormais, il existe les marchés quotidiens et ceux, plus importants, qui sont hebdomadaires. Quant aux Fihaonana, ils sont maintenus pour la traite d’esclaves.

    Un système commercial très compliqué

    Au bout d’un an, le test des marchés organisés dans les sept circonscriptions d’Avaradrano s’avère positif (lire précédente Note). Andrianampoinimerina décide alors d’étendre le système à tous les territoires. Car il s’agit bien d’un système puisque la création de ces structures s’accompagne de la détermination des monnaies, des poids et des mesures.
    Cela ne veut pas dire que les balances et les poids n’existent pas auparavant, mais chacun a les siens propres, ce qui ne peut que provoquer des litiges sinon des conflits, dont le vainqueur ne peut être que le plus fort ou le plus puissant. C’est ainsi qu’Andrianampoinimerina décrète que « la balance qui ne ment pas » (mizana tsy mandainga) est la seule valable dans les six territoires jusque dans le Betsileo. La fabrication ainsi que celle des poids sont confiés à la classe noble des Andriandranando. On compte cinq poids (correspondant aux roavoamena, sikajy, kirobo, loso, lasiray) complétés par les grains de paddy pleins. Il institue aussi le menalefona, la seule boîte autorisée pour mesurer le paddy. Pour le métrage (mesures métriques), il utilise le corps humain. Il établit le refy (longueur), le zehy (espace entre le pouce et l’index ou le majeur), le dia et le dingana. D’autres mesures viennent aussi s’y ajouter, telles le anky qui équivaut à un doigt, le voadivoampelatanana (base de la paume), le hondry (poing), le vehana (pouce et index). Il existe d’autres mesures plus détaillées comme le roanjehy ou hakiho du majeur au cou ; telonjehy ou tovon-tsandry du majeur à l’aisselle ; mamaki-tratra, la moitié du refy c’est-à-dire du majeur jusqu’à la mi-poitrine ; le refy la longueur des deux bras et la poitrine (du bout d’un majeur à l’autre)…
    Le pied est aussi utilisé. Le dia ou la longueur de la plante du pied, le tsivalan-dia ou la largeur de la plante du pied. Concernant la hauteur, on utilise les termes hahatongotra jusqu’au pied, hakibon-drandro à mi-jambe, halohalika jusqu’au genou, hamatom-pe à mi-cuisse, hafoto-pe jusqu’au début de la cuisse, havalahana jusqu’à la hanche, hafoitra jusqu’au nombril, havavafo jusqu’au sein, hatratra jusqu’à la poitrine, hahelika jusqu’à l’aisselle, hatenda jusqu’au cou, hasaoka jusqu’au menton, havava jusqu’à la bouche, hamaso jusqu’aux yeux, hahandrina jusqu’au front, mandifitr’olona qui submerge une personne…
    De tels calculs nécessitent une grande vivacité d’esprit d’autant que l’école est inconnue à l’époque. Pourtant, leur emploi semble bien assimilé et est très respecté par crainte du roi qui punit sévèrement toute forme d’escroquerie.
    Il est à rappeler les noms de la piastre (ariary) quand elle est coupée. Coupée en deux c’est
    le loso, le tiers est le sasanangy, le quart le kirobo, le cinquième l’iraimbilanja, le sixième le venty, le septième le lasitelo, le huitième le sikajy, le neuvième le sikajy moins le erany, le dixième le lasiroa (deux voamena plus une moitié de voamena).
    Coupée en douze morceaux, c’est le roavoamena, le 16e c’est le lasiray (un voamena plus une
    moitié de voamena) moins le erany, le 24e c’est le voamena, le 48e le ilavoamena, le 72e le
    eranambatry, le 144e le varidimiventy, le 720e le variraiventy…
    Le poids d’un voamena équivaut à 40 grains de paddy pleins ; le ilavoamena à 20 grains, le eranambatry à 13 grains, le varifitoventy à 10 grains, le varienimbenty à 8 grains, le varidimiventy à 7 grains, le variefabenty à 5 grains, le variteloventy à 4 grains, le variroaventy à 3 grains, le variraiventy à un grain et demi.
    Le système de prêt est autorisé sans qu’aucune loi ne le réglemente. L’objectif est de permettre à ceux qui se trouvent dans une période de difficulté passagère d’investir cet argent pour développer leurs activités ou améliorer leurs conditions de vie. Les prêteurs- des usuriers plutôt- de leur côté sont très nombreux car tous les gens aisés le pratiquent s’ils n’investissent pas leur argent dans l’achat de bétail ou d’esclaves.
    Car c’est d’un bon rapport. Un accord se fait entre les deux parties, mais l’emprunteur est toujours en mauvaise position pour imposer ses conditions. Ainsi, le cas des mauvais payeurs est porté devant le roi via les juges. S’ils persistent dans leur attitude pour diverses raisons, ils sont vendus et leur prix est versé moitié à l’usurier, moitié au roi.
    Les intérêts sont de deux sortes, soit en espèces soit en nature, et dans ce cas, il s’agit de paddy. Une piastre (ariary) remboursable en une année, produit un « vata » de paddy ; deux ariary, deux « vata » : trois ariary, trois « vata » ; 100 ariary 100 « vata ».
    En espèces, un ariary emprunté, remboursable en un mois, produit un voamena, deux voamena en deux mois, un sikajy en trois mois, un venty en quatre mois, un iraimbilanja en cinq mois, un loso en un an, un ariary en deux ans…

    Pela Ravalitera l' Express Mada

    village Tsarazaza et la rivière Maniandro
    village Tsarazaza et les plaines de la Andranotsoriaka et de la Maniandro
    le sommet Ampananina
    le sommet Ampananina
    Franck caméra en action
    Franck caméra en action
    Ancienne entrée vavahady disloqué du village de Bejofo
    Ancienne entrée vavahady disloqué du village de Bejofo
    Rando Trek VTT autres tracks sur la région de Mahitsy  
    Circuit au nord ouest de Mahitsy : vallée de l' Ampivalanana
    Mahitsy en contournant le massif d' Ambohitrandriana le long de la RN 4
    Mahitsy les Chutes de Farahantsana
    Pistes du nord : Ivato Antsahafilo Mahitsy, tour du massif d'Andringitra
    Mahitsy par le nord du Massif d'Andringitra
    Ivato Mahitsy en contournant l' Andringitra par Ankadibe et Antanetibe à l' Est
    Village de Mananjara
    Au nord d' Ivato village: le massif Ambohimanoro les villages Fiakarana et Ambohimasina
    L' Andringitra et ses 4 soeurs Tsihankaranosy, Mikotro, Angavokely, Ambatomborona
    le sommet d' Ambatomalaza : point de départ d' une longue crête de 10 km orientées Ouest Est jusqu'au sommet d' Ampananina
    Boucle de 25 km au nord ouest de Mahitsy pour 3 sommets 3 anciens sites fortifiés Ambohibola 1433 m, Ambohimitrena 1429 m, Ambatomalaza 1411 m
    Circuit de 53 km au Nord Est de Mahitsy le massif ANKAZOTOHOLONA suivi d'une superbe crête de 8 km aux 5 sommets
    Andranovelona : le massif Lohavohitra source de la boisson Eau Vive
    MOTO VTT
    location moto,vélo,vtt,raid,enduro,cross,tout terrain,4X4

    vous cherchez un track

    Chutes de Farahantsana
    Randonnée au fil de l'eau
    Randonnée au pays Antehiroka
    Ampéfy le tour du lac
    Ampéfy : la lily, Ilot vierge, le geyser
    Imerintsihadino tombeau de Samuel Rakotondrabe
    Plaine de la Sisaony au nord de Fénoarivo
    Village princier Ambohinaorina
    Village princier Mandrosohasina
    Systèmes défensifs au pays merne
    Rova d' Ambohitrimo
    lac Mamiomby
    Mahitsy en contournant le massif d' Ambohitrandriana le long de la RN 4
    Merimerina aux fossés défensifs inhabituels
    le Firariana
    Les marais d'Ivato et de Laniera
    Andrefanambohitra au lac Antsongosongo magnifique piste à flanc de collines
    Ampangabe le grand huit
    la plage d'Amparafara
    Talata Volonondry Ambohidrabiby
    Col Itremo Morondava Maintirano Tsiroanomandidy
    Terres d' Andrianamboninolona
    Tana l'envers du décor
    Ambohitraina Ifandro
    Digues Sisaony, Ikopa
    Ivato: Ambatoharanana
    Ivato: Fiakarana
    Ivato: lac Antsongosongo
    Ivato Massif du Mangabe
    Ivato Ambohimanga
    Ivato Croc Farm
    Andringitra nord Mahitsy
    Andringitra Ambohimanga
    Tour du massif Andringitra
    Ivato Amboniloha
    Ivato Ambohitrontsy
    Lac Ampéfy,Faratsiho
    Ankaratra 2643 m
    Tsiroanomandidy
    Ankadinandriana
    Rive gauche de l'Ikopa
    Rive droite de l'Ikopa
    Ambatomanjakabe
    Antongona
    circuits
    Photos
    Galerie photos, portrait d'une paysanne de Ampefy (copyright manoirrouge.com
    Anakao Antalaha Cap-Est Antsirabé Fort-Dauphin Ihosy Isalo Manakara Mananara Morondava Nosy-Be Ste-Marie Tuléar
    régions
    Photos
    Tuning malgache,malagache
  • animal
  • arbre
  • bateau
  • borne kilométrique
  • coquillage
  • coucher de soleil
  • fleuve
  • portraits
  • maison
  • métier
  • paysage
  • personnage
  • phénomène météo
  • plage
  • route
  • tombeau
  • transport
  • thème
    Partenaires
    Location moto
    Hôtels
    Immobilier Location
    Environ d'Antananarivo centre du village Ivato, dans une propriété privée sécurisée, parking, gardien, trés joli jardin, location meublée appartements, studios
    à la semaine, au mois
    Toutes charges comprises
    Association
    Madasso oeuvre à la construction d'une école et d' un dispensaire dans une région isolée du Sud d' Antalaha dans le village d'Ambodirafia
    Peinture Exposition
    Jean Ony artiste de talent qui a toujours refusé de se laisser enfermer dans un style ou de se laisser coller une étiquette
    Sylvain Razafindrainibe l' excellence dans tout son art
    Romain Rakotoarimanana inspiré par les bandes dessinés dés son plus jeune âge

    GALERIE. EXPO.VENTE


    Evénements
    L'Investiture du maire d'Ivato Mr Rakotoarimanana Josefa
    Mariage à Mada Jean Louis et Nicole
    république de madagascar, histoire de madagascar, peuplement de madagascar, association madagascar, madagascar photos, RandoTrek vtt madagascar, Télécharger track pour GPS, Télécharger circuits Madagascar, Télécharger circuits Île de la Réunion, Télécharger circuits France, voyage île madagascar, carte madagascar, couleur enfants madagascar,

    madatana 2018 Haut de page